Création de l’observatoire National de la route : la maintenance préventive au coeur du débat

Vendredi, 5 février, 2016 - 00:00

Le 26 Janvier dernier, le secrétariat d’Etat aux Transports annonçait la création de l’Observatoire national de la route. Une collaboration entre l’Etat, les collectivités, les gestionnaires routiers et les usagers pour évaluer l’état du réseau routier et l’efficacité des politiques de maintenance et d’entretien. 

Pour une gestion enfin économe des réseaux routiers

 
« 1 €  non investi en entretien peut générer plus de 10 € de dépenses supplémentaires quelques années après. » Ce constat énoncé par l’Union des syndicats de l’industrie routière française, conforte l’idée avancée par l’Observatoire national de la route selon laquelle les opérations d’entretien préventif et de renouvellement sont primordiales. 
 
L’Observatoire national de la route se fixe alors comme objectif « d’évaluer l’état global des réseaux routiers français, son évolution constatée au cours de ces dernières années et le cas échéant, le surcoût lié à un éventuel défaut de maintenance préventive». 
 
Intervenir plus tard c’est payer plus
 
L’Observatoire espère accompagner les gestionnaires dans la définition de stratégies et de politiques d’optimisation des réseaux routiers. Le rapport de l’USIRF sur l’état de la route 2015, soulignait déjà l’importance de valoriser l’entretien régulier et l’anticipation des dommages pour assurer une continuité de services et limiter les dépenses. 
 
La connaissance de l’état des infrastructures comme solution
 
En plus de préserver la valeur patrimoniale des 20 000 km de routes nationales et d’autoroutes qui représente 250 Milliards d’euros, les gestionnaires doivent maintenir les conditions d’exploitations du réseau routier, indispensable à l’attractivité et à la compétitivité des territoires. 
 
L’une des actions préconisée par l’Observatoire national de la Route consiste à définir les « courbes de résiliences » des infrastructures routières. Grâce à des technologies et des expertises comme celles proposées par OSMOS, il est en effet possible de détecter les défauts de maintenance et d’en mesurer l’évolution pour agir à temps.