Paris, le 11 novembre 2020 - OSMOS GROUP et le cabinet de géomètres experts A.L.I.D.A.D.E.S. s’associent pour proposer des informations complémentaires toujours plus précises et pertinentes à leurs clients.

Les méthodes avancées et les compétences reconnues d’A.L.I.D.A.D.E.S. permettront à OSMOS d’intégrer les relevés géométriques en 3D dans l’étude et l’analyse du comportement mécanique des structures. Réciproquement, le cabinet A.L.I.D.A.D.E.S. proposera des services de monitoring à ses clients. Il bénéficiera du savoir-faire et de l’ingénierie d’OSMOS pour élargir son champ d’actions.

Ce qui fait de l’alliance A.L.I.D.A.D.E.S. - OSMOS Group, un partenariat 100% gagnant pour leurs clients, c’est avant tout la complémentarité de leurs services, chacune reconnue dans leurs domaines respectifs. En effet, les prestations du cabinet A.L.I.D.A.D.E.S. sont réalisées selon des référentiels externes aux structures issus des relevés géométriques en 3D, tandis que les prestations d’OSMOS se basent sur des paramètres internes issus des dispositifs de monitoring appliqués au SHM (Structural Health Monitoring). La combinaison de ces deux types d’analyses permettra d’établir une étude globale des structures et de leur environnement.

 

Frédéric Lefebvre, Directeur Commercial et Partenariats France d’OSMOS revient sur ce nouveau partenariat : « ALIDADES est apparu comme le partenaire idéal pour développer notre offre de service en région Grand Est et les territoires limitrophes. Les complémentarités de nos outils de mesure, de traitement des données, et de nos équipes seront un gage de qualité et de réactivité pour tous nos clients. Nous avons de grandes ambitions pour unir nos compétences dans les secteurs de l’Industrie, des Ouvrages d’Arts, du Bâtiment et du Patrimoine ancien. »

 

Julien Pierson, Géomètre-Associé du cabinet A.L.I.D.A.D.E.S. déclare : « Le monde du monitoring suscite un intérêt croissant de la part de l’ensemble des acteurs de la construction, de l’industrie et de la gestion du patrimoine. A.L.I.D.A.D.E.S. en a fait un de ses principaux atouts de développement et c’est dans cette perspective que nous avons répondu favorablement à la sollicitation d’OSMOS. L’élément prépondérant dans notre décision a été la qualité d’analyse et le niveau de précisions des données que propose OSMOS à ses clients. Données qu’A.L.I.D.A.D.E.S. peut compléter ou valoriser en s’appuyant sur des outils de mesure de dernière génération. Tout comme Frédéric nous avons également de grandes ambitions vis-à-vis de ce partenariat et nous sommes persuadés que nos clients y trouveront l’offre de services la plus complète du marché. »

 


A propos d’OSMOS Group SA :

Filiale du groupe EREN, expert dans l’économie des ressources naturelles, OSMOS Group ambitionne de prolonger la durée de vie de tous types de structures et d’optimiser leur entretien pour économiser l’énergie et la matière nécessaires à une nouvelle construction. Avec une expertise reconnue en France et à l’international, la société s’est imposée comme un acteur majeur sur le marché du Structural Health Monitoring (SHM). Grâce à sa technologie innovante et son savoir-faire, OSMOS propose aux gestionnaires d’ouvrages ainsi qu’aux sociétés d’ingénierie et de construction de suivre en continu et en temps réel l’évolution de leurs structures.

https://www.osmos-group.com/fr

 

A propos de A.L.I.D.A.D.E.S. :

Implanté à Metz et à Strasbourg, A.L.I.D.A.D.E.S. est un acteur reconnu dans la région Grand-Est. Le cabinet est inscrit à l’Ordre des Géomètres-Experts et s’appuie sur des outils numériques et les compétences reconnues de son équipe pour répondre aussi bien à des missions techniques, administratives et juridiques. La société propose une large gamme de prestations tels que l’arpentage, le lotissement, l’implantation, la délimitation, l’auscultation, la division, l’esquisse et le scanning 3D.

https://www.alidades-geometre.fr

Installation des Cordes Optiques et des inclinomètres sur les arcs-boutants ©​ Copyright OSMOS Group SA

OSMOS Group, engagé dans la surveillance de nombreux monuments historiques, a été sollicité par les ACMH, chargés de la maîtrise d’œuvre, et par la DRAC Ile-de-France, chargée de la maîtrise d’ouvrage jusqu’à la création, le 1er décembre 2019, de l’établissement public chargé de la conservation et de la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris, pour apporter son expertise sur l’évolution de la structure de la cathédrale sinistrée. Plusieurs solutions basées sur un dispositif sur mesure de plus de 140 capteurs et des traitements mathématiques de leurs données ont été mises en œuvre pour assurer la surveillance en continu et en temps réel des zones sensibles de l’édifice. Avec en perspective la phase de restauration de la cathédrale, les analyses d’OSMOS ont pour vocation d’apporter une assistance technique avancée aux ACMH et à l’établissement public, maître d’ouvrage.

Lundi 15 avril 2019, un incendie a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris, détruisant notamment le toit, la charpente, la flèche et une partie des voûtes. Depuis, des doutes subsistent sur la stabilité de l’édifice, fortement affecté lors du sinistre. C’est dans ce contexte d’urgence impérieuse qu’OSMOS a été missionné pour placer sous surveillance continue les parties fragilisées de la cathédrale, à peine une semaine après la catastrophe.

Des solutions sur mesure pour maitriser les risques structurels et assurer une sécurité optimale sur le chantier de sécurisation et de consolidation de Notre-Dame

Il a fallu à l’équipe d’OSMOS être réactive et répondre à des enjeux divers. En concertation avec la maitrise d’ouvrage, plusieurs dispositifs de monitoring OSMOS ont été définis selon les interrogations que portait le client sur les mouvements des structures les plus sensibles (voûtes, arcs-boutants, murs gouttereaux et échafaudage sinistré). Des systèmes d’alertes automatiques ont également été mis en place afin de prévenir les équipes présentes sur le chantier et la maitrise d’œuvre en cas de comportement anormal de la structure. Le déploiement des dispositifs OSMOS a permis d’assurer la mise en sécurité du chantier et ainsi d’entamer, en toute sureté, la phase de consolidation de l’édifice.

Le modèle d’OSMOS repose sur la maitrise de l’intégralité de la chaine de valeur : de l’identification du besoin jusqu’à l’analyse des données et l’aide à l’expertise. Dans le cas du chantier de sécurisation de la cathédrale Notre-Dame de Paris, combiner les compétences a permis de proposer une prestation parfaitement adaptée aux enjeux. Ce projet a donc été l’occasion de mobiliser tous les métiers présents au sein d’OSMOS : du département de Recherche et Développement des dispositifs au service d’installation, en passant par l’équipe d’ingénieurs spécialisés en mécanique des structures mais aussi la direction scientifique, dédiée à la conception d’algorithmes de traitement de données. Afin d’accompagner au mieux le client et de renforcer la disponibilité des équipes, des mesures exceptionnelles ont également été prises, notamment avec la mise en place d’astreintes et de vacations sur site.

Tout au long du chantier, les instrumentations se sont multipliées. OSMOS poursuit ses actions sur Notre-Dame et participe également à une étape importante : la surveillance pendant le démontage de l’échafaudage sinistré. Son rôle consiste à surveiller en temps réel la stabilité de l’ouvrage et de vérifier la nouvelle répartition des charges sur les structures en place. De la même façon que les parties sensibles de la cathédrale, un système d’alertes automatiques a été couplé au dispositif de monitoring installé sur l’échafaudage. Tout mouvement important de l’ouvrage métallique est signalé aux équipes du chantier, à la maîtrise d’œuvre ainsi qu’aux ingénieurs OSMOS, afin d’assurer une sécurité maximale des intervenants avant et pendant les opérations de démontage.

De la sécurisation du chantier vers l’aide à l’expertise : quand le SHM permet d’accompagner la maitrise d’ouvrage dans la préservation du patrimoine ancien

Depuis août 2020 s’opère une évolution progressive de la phase de sécurisation de l’édifice vers une phase d’aide à l’expertise. L’accumulation des données et leur traitement grâce aux outils d’analyses dédiés permettent déjà d’obtenir des informations pertinentes sur le comportement mécanique résiduel de la cathédrale. Ces analyses seront exploitées par la maîtrise d’ouvrage et la maitrise d’œuvre dans la projection des travaux de restauration de Notre-Dame.

Dans cette même optique, OSMOS se prépare à mettre en œuvre une nouvelle prestation d’ingénierie visant à analyser le comportement vibratoire de la structure de la cathédrale, sous l’effet des sollicitations externes répétées, notamment le vent, la circulation routière mais aussi le déclenchement des cloches. Cette expertise va nécessiter une méthodologie d’analyse vibratoire spécifique et l’utilisation d’un algorithme mathématique dédié, développé par la direction scientifique d’OSMOS, et éprouvé sur d’autres applications, notamment les immeubles de grande hauteur en région sismique. L’instrumentation des beffrois et de la nef de Notre-Dame permettra d’identifier les modes et les fréquences propres, avec pour objectif final de reconstituer la déformée modale complète de la structure. En d’autres termes, il s’agit de caractériser le comportement mécanique de la cathédrale soumises aux vibrations. Cette nouvelle étape du projet est un pas supplémentaire dans la recherche sur la mécanique des structures de patrimoine ancien.

Les données et résultats d’analyse constituent un historique précieux sur l’état du bâti et les avancées du chantier de reconstruction de la cathédrale. Afin de transmettre cette connaissance approfondie de l’édifice aux générations futures, OSMOS met à disposition du CNRS toutes ses données, analyses, photos et documents liés au projet. C’est une grande satisfaction pour l’entreprise de voir son travail ainsi mis au service de la Recherche et utilisé en tant que témoignage historique du chantier de restauration de Notre-Dame de Paris.

Le pont roulant d’une cimenterie montrait des signes de fatigue prématurée. Afin de limiter cette détérioration accélérée, des actions de consolidation ont été entreprises sur l’équipement. La société OSMOS Group a reçu pour mission de surveiller l’évolution du comportement mécanique du pont roulant ainsi que l’effet des cycles d’exploitation sur son état. En anticipant toute dérive structurelle, l’exploitant est ainsi en mesure de mener les actions nécessaires pour garantir l’intégrité de l’ouvrage et la sécurité du personnel.

Depuis 2018, le pont roulant fait l’objet d’un monitoring structurel ayant permis de déceler plusieurs anomalies et ainsi d’anticiper des situations où la structure de l’équipement et son exploitation peuvent être remises en cause. Le dispositif de monitoring composé de 8 Cordes Optiques (extensomètres à base longue), 4 extensomètres en base courte et d’une sonde de température, effectue la surveillance en continu du comportement de la structure. Le système est également paramétré pour informer en temps réel l’exploitant et OSMOS de toute anomalie détectée sur l’équipement.

Grâce aux prestations d’OSMOS, l’exploitant contrôle et préserve ses actifs industriels

Face à la réduction des budgets et la recherche de performance, la préoccupation majeure des gestionnaires de sites industriels réside dans le maintien des équipements en conditions opérationnelles et la maitrise des risques structurels, tout en réalisant des économies sur la maintenance effectuée. Dans ce contexte, les outils issus du Structural Health Monitoring (SHM) apparaissent comme une solution capable d’éviter les situations dangereuses, mais aussi d’optimiser le coût des contrôles et de la maintenance du génie civil et des équipements.

Que ce soit pour les supports des lignes de production, les ouvrages intra ou inter-unités, les équipements de stockage, ou bien les usines et bâtiments industriels, les solutions OSMOS apportent une réelle plus-value aux politiques de surveillance des ouvrages. En combinant monitoring et ingénierie comportementale, il est désormais possible de connaître l’état de santé exact des structures, notamment les pathologies naissantes, et leur évolution dans le temps, mais aussi de suivre l’impact de l’exploitation sur leur comportement.  À terme, la surveillance en continu et en temps réel permet d’adapter l’utilisation et d’optimiser la maintenance des ouvrages selon leur état structurel, de maitriser la sécurité des biens et des personnes et de prolonger la durée de vie des actifs industriels.

 

Des résultats plus que satisfaisants ayant permis d’éviter des situations critiques et de réaliser des économies sur la maintenance de l’ouvrage

En plaçant sous surveillance continue le pont roulant selon différents critères (comptage des cycles de contraintes, fréquence et intensité des vibrations, mesures statiques), OSMOS a pu évaluer les réponses de la structure aux cycles d’exploitation. À la suite des premières analyses, des seuils de déclenchement d’alertes ont été fixés afin de signaler tout changement notable dans le comportement mécanique de l’ouvrage. En pouvant être prévenu instantanément de la détection d’anomalie sur la structure, l’exploitant de la cimenterie assure une sécurité maximale aux équipes travaillant sur place.

L’analyse des cycles de déformation de la structure a notamment permis d’identifier à plusieurs reprises l'apparition de désordes sur les assemblages boulonnés. Le graphique ci-dessus est la représentation concrète de l’une des ruptures d'un seul boulon de l'un des assemblages, survenue le 16 février 2019 (données en rouge) et néanmoins anticipée alors que le boulon n'était que simplement desserré, sans désordre apparent visuellement. Une fois la réparation effectuée le 28 février 2019, les équipes d’OSMOS ont pu observer un effet immédiat sur les données avec un retour à la normale de ces dernières. La mise en évidence des défauts au niveau des assemblages a permis d’éviter des situations critiques qui auraient pu entrainer des arrêts d’exploitation et avoir de lourdes conséquences sur la sécurité du personnel.

Grâce au suivi réalisé par OSMOS, l’exploitant du site industriel bénéficie d’une vision précise de l’état de santé du pont roulant et de son évolution dans le temps. En identifiant les faiblesses de l’équipement, il a défini un nouveau programme de maintenance sur mesure et revu les priorités de façon à réduire significativement les coûts liés à l’entretien de l’ouvrage. Il constate depuis juin 2020 que le pont roulant subit moins de sollicitations. Ce phénomène fait suite aux opérations de maintenance menées sur l’ouvrage et à l’optimisation de son utilisation.

« Au moins 25 000 ponts sont en mauvais état structurel et posent des problèmes de sécurité et de disponibilité pour les usagers »

Sécurité des ponts : éviter un drame
Rapport d’information n°609 du Sénat fait au nom de la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable
Déposé le 26 juin 2019

Les risques structurels les plus importants ne sont pas toujours visibles. Les inspections visuelles des ponts ne permettent que de constater périodiquement les désordres apparents afin de classifier les ouvrages selon des référentiels qualitatifs (IQOA, VSC…). Face au vieillissement général des infrastructures et notamment des ponts, les gestionnaires d’ouvrages ont besoin d’un outil leur donnant une vision claire de la santé de leur patrimoine. Nos équipes ont élaboré OSMOS Weigh-in-Motion + Deformation (WiM+D®), une solution unique automatisée liant les techniques de pesage en mouvement à l’analyse des déformations structurelles. Ce nouvel outil caractérise les charges subies par l’ouvrage et quantifie l’impact exact de l’exploitation sur son état structurel.

Grâce à OSMOS WiM+D®, les gestionnaires d’ouvrages planifient des programmes de maintenance adaptés, répartissent les coûts d’entretien sur le long terme et prolongent la durée de vie de leurs ponts, tout en garantissant la sécurité des usagers.

Le module OSMOS WiM+D® permet d’aller au-delà des méthodes de pesage en mouvement classiques, coûteuses et contraignantes en termes d’installation. En disposant simplement quelques Cordes Optiques dans les zones de déformations les plus significatives sous le tablier de l’ouvrage, et ce de façon non intrusive, nous sommes en mesure d’effectuer le comptage et le pesage des véhicules lourds, et d’évaluer l’impact exact de leurs passages sur le fonctionnement mécanique de l’ouvrage.

Grâce à la précision de nos données, vous accédez à des informations clés sur le trafic de votre ouvrage telles que la vitesse et la direction de passage de chaque camion, leur poids total et la répartition du poids par essieu, leur longueur et la contrainte maximum induite sur l’ouvrage. Une classification des véhicules lourds par poids et par direction de passage est automatiquement effectuée et consultable via notre interface en ligne, SAFE WorksTM. Des caméras de vidéosurveillance optionnelles peuvent également être installées sur site et couplées à nos systèmes de mesures. Chaque camion ou convoi exceptionnel peut être identifié grâce à sa plaque d’immatriculation et son passage horodaté. Ces informations sont également disponibles en ligne sous forme de fiche individuelle et sont soumises au règlement RGPD.

L’analyse statistique de ces événements dynamiques permet d’évaluer le taux d’exploitation de l’ouvrage mais aussi de vérifier le comportement mécanique du tablier sous l’effet des charges roulantes : niveau de déformations réel, continuité, positionnement de l’axe neutre, blocages sur appuis, etc.

Grâce à l’outil OSMOS WiM+D®, vous êtes en mesure de suivre l’état de santé de votre pont en temps réel et de connaitre l’impact exact du trafic sur son comportement mécanique, vous permettant d’anticiper les actions d’entretien adéquates, d’adapter son niveau de service si cela est nécessaire et ainsi de prolonger sa durée de vie.

Application de l’outil OSMOS WiM+D® : l’exemple du suivi d’un pont autoroutier particulièrement sollicité, avec estimation du poids des véhicules et analyse des effets des convois exceptionnels

OSMOS a été sollicité par l’un des leaders européens dans la construction et la gestion d’autoroutes à péages. La mission : suivre le comportement d’un pont à usage autoroutier dont l’environnement est source de fortes sollicitations. En effet, la structure est implantée au-dessus d’une autre autoroute et d’une voie ferrée et est fréquemment empruntée par des charges lourdes, notamment des convois exceptionnels. Il convenait donc de vérifier l’impact de leurs passages sur l’état du pont.

Afin de calibrer le système OSMOS WiM+D® selon les réponses de l’ouvrage aux sollicitations, il est nécessaire d’effectuer un test de charge au préalable. Cette étape a permis d’identifier les signatures dynamiques associées aux différentes charges d’épreuve et de vérifier le comportement normal du tablier sous l’effet de ces passages de véhicules.

A la suite du test de charge, une surveillance continue de l’ouvrage a été mise en place afin d’analyser et de suivre l’évolution de son comportement mécanique face aux sollicitations internes et externes. L’analyse des données statiques a permis d’étudier les évolutions lentes du comportement de la structure, notamment sous l’effet des variations de températures et de son vieillissement naturel. Les conditions d’exploitation réelles de l’ouvrage ont pu être vérifiées à l’aide de l’analyse des données dynamiques.

Grâce à l’outil OSMOS WiM+D®, le gestionnaire du pont autoroutier est désormais en mesure de contrôler le trafic à tout moment. La surveillance du pont a notamment permis de détecter et de recenser plusieurs passages de convois dont le poids excédait la limite autorisée. Par la suite, ces véhicules ont pu être identifiés à l’aide des caméras de vidéosurveillance reliées au dispositif de monitoring. Les tests effectués, le suivi continu et les informations consultables sur l’interface SAFE WorksTM  lui ont permis d’évaluer l’état de santé réel de l’ouvrage, d’anticiper les actions correctives à mener et d’éviter des fermetures coûteuses et contraignantes.

  Télécharger la Brochure OSMOS Wim+D   Télécharger la Brochure Ponts et Ouvrages d'art

Long de 11,6 km, le Tunnel du Mont-Blanc est un ouvrage d’art stratégique qui permet d’établir une liaison rapide entre la France et l’Italie. Il constitue une voie d’échange majeure propice à l’économie locale et interrégionale. De fait, il accueille un important trafic chaque jour qui participe à son usure. L'exploitation du tunnel a été confiée à une structure franco-italienne, le Groupement Européen d’Intérêt Economique du Tunnel du Mont Blanc (GEIE-TMB) ; l’entreprise a sous sa responsabilité la surveillance de l’état de l’ouvrage et sa maintenance, ainsi que la sécurité et la gestion du trafic.

Aujourd’hui, le Tunnel du Mont-Blanc est un exemple en matière de sécurité, notamment sur un aspect structurel. Avec 117 Cordes Optiques LIRIS installées sous la chaussée, l’ouvrage est placé sous surveillance continue. L’instrumentation du tunnel a pour objectif de suivre et d’analyser son comportement mécanique, notamment sous l’effet de la circulation, et son évolution dans le temps.

Prise de mesure statique et dynamique pour une double lecture du comportement des dalles du Tunnel

En moyenne, 1721 poids lourds empruntent le tunnel chaque jour. Ces passages sont des sollicitations dynamiques d’intensités variables qui contribuent au vieillissement de l’ouvrage. Le dispositif de suivi OSMOS permet de mesurer l’effet de ces événements qui représentent à la fois des charges sollicitant la structure mais aussi des contraintes associées dans le matériau. Les dalles supportant les voies de circulation du tunnel ont donc été instrumentées par Cordes Optiques LIRIS.

Au-delà de la prise de mesures dynamiques, l’analyse statique est une part importante du projet de suivi. Il s'agit de mesures prises à raison d’un point par heure qui traduisent les évolutions lentes de la structure. La température étant mesurée en parallèle, ces données permettent d'étudier la réponse de la structure aux variations thermiques. Une correction des effets de la température est réalisée afin d'identifier les tendances progressives éventuelles dues au vieillissement de la structure.

L’objectif du monitoring installé, validé par le comité de sécurité du tunnel, consiste donc à étudier le comportement mécanique des dalles concernées en mesurant les déformations dues à la flexion en sous-face des dalles sous leurs poids propres (données statiques) et le cas échéant sous charges de circulation (données dynamiques).

La combinaison de ces deux types d’analyses, dynamique et statique, permet à OSMOS de calculer et d’attribuer périodiquement un indice de stabilité à chaque capteur du projet ainsi qu’à l’ouvrage dans son ensemble. La note obtenue est une information concrète et pertinente pour le client qui peut ainsi prendre connaissance de l’état de santé de son ouvrage et de l’évolution de son appréciation dans le temps.

Adopter une démarche préventive pour une gestion optimisée des ouvrages

Le projet de suivi du Tunnel du Mont-Blanc est avant tout préventif. L’objectif du monitoring : anticiper d’éventuels risques structurels afin d’adapter le niveau de service si nécessaire. Dans certains cas, une évolution notable du comportement de la structure peut mener à la mise en place de mesures conservatoires ou à des travaux de renforcement. En adoptant une démarche proactive, les gestionnaires du Tunnel du Mont-Blanc sécurisent l’ouvrage et sont en mesure de mettre en place une politique de maintenance optimisée afin de maintenir la structure en bonne santé.

Dans l'ensemble, le comportement structurel du Tunnel du Mont-Blanc est jugé très stable. Seul l’un des emplacements a été qualifié de « sensible » avec une évolution significative en tension entre octobre 2019 et janvier 2020. La cause de cette mesure anormale a été identifiée, un éclat de béton d’enrobage s’était détaché dans une gaine de ventilation provoquant la mise en tension de la Corde Optique installée sous la chaussée. Depuis que le problème a été traité, le comportement de la structure s’est entièrement stabilisé et continue de faire l’objet d’une surveillance en continu.

La direction scientifique d’OSMOS travaille en étroite collaboration avec le bureau d’études interne, composé d’ingénieurs spécialisés en structures et génie civil. Leur mission : concevoir des outils mathématiques de pointe destinés à améliorer les analyses afin de délivrer à nos clients des informations toujours plus précises et pertinentes. Parmi les outils mathématiques destinés au traitement automatique de la donnée, l’algorithme de génération d’indice de stabilité délivre une information précieuse pour les gestionnaires d’ouvrages. Ils ont désormais accès à un score synthétique unique attribué périodiquement à chaque capteur de leur projet.

 

Notre méthodologie consiste à exploiter les mesures prises en continu en s’intéressant à différentes échelles de temps (de l’instantané aux cycles saisonniers) afin d’en déduire des indicateurs pertinents sur le comportement réel de la structure et pouvoir procéder à une appréciation concrète de sa stabilité. Pour cela, nous nous basons sur deux types de prises de mesures, permettant une double lecture du comportement de la structure instrumentée :

- Mesures statiques : Il s'agit de mesures prises à raison de quelques points par heure (entre 1 et 60) qui permettent d'étudier les évolutions lentes de la structure. La température étant mesurée en parallèle, ces mesures permettent d'étudier la réponse de la structure aux variations thermiques à l'échelle des journées (court terme) et des saisons (long terme). Une correction des effets de la température est réalisée afin d'identifier les tendances progressives éventuelles dues au vieillissement de la structure.

- Mesures dynamiques : Il s'agit de mesures prises à raison de 50 à 100 points par seconde qui permettent d'étudier la réponse de la structure aux sollicitations dynamiques (charges mobiles, vent, etc.). Chacune des sollicitations dynamiques est isolée comme un évènement particulier : lorsque de nombreux évènements sont enregistrés, une analyse statistique des amplitudes des mesures obtenues lors de ces évènements est réalisée. Une tendance croissante de ces amplitudes sur le long terme est alors le signe d'un assouplissement de la structure dû à son vieillissement.

Les résultats issus de l’analyse de ces différentes échelles de temps sont combinés afin d’obtenir un indice d’évolution représentatif du comportement de la structure, capteur par capteur. Cet indice obtenu pour chaque capteur détermine ainsi la stabilité de la structure selon l’échelle suivante, sur laquelle sont également mis en évidence les indices moyen et maximal obtenus pour l’ensemble des capteurs du dispositif de suivi :

Les notations et les données enregistrées sont accessibles via notre interface en ligne, SAFE Works. Cela permet au client d’avoir une vision synthétisée de l’état de santé de sa structure et facilite l’identification des zones nécessitant une vigilance particulière.

Prenons l’exemple du Tunnel du Mont-Blanc. Pour procéder à la notation de la structure, l’indice d’évolution de chaque partie instrumentée de l’ouvrage permet de suivre l’évolution de son comportement mécanique au fil du temps. Dans le cas de ce projet, l’élément algorithmique est basé sur l’analyse des évolutions de long terme, sur les réponses de l’ouvrage aux variations de température et sur les réponses aux charges dynamiques.

Le bilan général des indices d'évolution est représenté ci-dessous :

Dans l'ensemble, le comportement structurel du Tunnel du Mont-Blanc est jugé très stable avec un indice moyen de 12.9. Seul l’un des emplacements a été qualifié de « sensible » avec une évolution significative en tension entre octobre 2019 et janvier 2020. La cause de cette mesure anormale a été identifiée, un éclat de béton d’enrobage s’était détaché dans une gaine de ventilation provoquant la mise en tension de la Corde Optique installée sous la chaussée. Depuis que le problème a été traité, le comportement de la structure s’est entièrement stabilisé et continue de faire l’objet d’une surveillance en continu.